Rpg inspiré du 7ème livre
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez|

La réalité inaccessible [Théo &&' Théodore]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Théodore E. Amvrossi
Mangemort
Mangemort



Papiers s'vouplait !
Pense (ou pas) bête:

MessageSujet: La réalité inaccessible [Théo &&' Théodore] Ven 5 Aoû - 22:09






    A la Tête-de-Sanglier, une foule de personnes se pressait à l'entrée. La boutique était pleine. Toutes les tables étaient surpeuplés. Des personnes attendaient debout, sirotant de l'alcool forte, des boissons chaudes ou encore des cervelles de centaures fraîchement cuites et mixées. Des rires éclataient aux quatre coins de la salle. Tout le monde semblait pour le moins du monde souriant et ravi de consommer sans modérations des boissons à la Tête-de-Sanglier. Pourtant, au milieu de cette foule de fêtards près à tout pour jouer à « celui qui boira le plus vite possible », un sorcier capuchonné ne parlait à personne. Isolé au fond de la salle, il tournait le dos aux autres. Son verre reflétait une couleur verte. Un jus de serpent fraîchement accompagné de verveine. Surement une des boissons préférée au mangemort, Théodore. Il ne parlait à personne. Son visage était entièrement enfermé dans sa robe. Il ne voulait voir personne. Cette ambiance joviale lui donnait la nausée. Comment pouvaient-ils rire alors qu'une guerre se préparait ? D'autant plus que l'envie d'exploser la cervelle de la plupart des consommateurs du lieu le démangeait. Il n'attendait d'ailleurs que ça, le moment propice de sortir sa baguette.

      Dame - « Et depuis ce jour, il me sourit à chaque coin de rue ! Il est vraiment pathétique. Misérable gosse ! »


    La femme éclata de rire, son rire était assez stressant, naviguant entre le rire provocateur et communicatif, au rire strident. D'autres conversations émanaient aux oreilles du mangemort. Les yeux fermés, il écoutait attentivement ce qui se disait.

      Vieille Dame - « Pourquoi pas ! Ça pourrait être probable après tout ! »


    Le rire de la vieille dame était insupportable. Tout simplement. Théodore ne tarda pas à écouter d'autres discussions. Tellement de personnes parlaient qu'il n'arrivait plus à faire le lien entre les choses.

      Dame - « Il a dit oui ! »

      Homme - « Pathétique ! »

      Vieil Homme - « C'est un lâche. »

      Barman - « On aurait pu croire au miracle »

      Dame - « A Poudlard, au quatrième étage, il y aurait une salle magique sur un grand mur vide. Libre court à celui qui arrivera à l'ouvrir. »


    Un sourire se dessina sur le visage du mangemort. Pour quelle raison ? Il n'en savait rien. C'était drôle. Simplement. Il approcha son verre de sa bouche.
    Un homme tomba sur lui, prit par de trop grosses doses d'alcool. Théodore lâcha son verre sur la table, verre qui se renversa et rependait tout son contenu sur le sol. Il se retourna et extirpa immédiatement sa baguette, pointée vers son agresseur ivre. Un silence tomba dans la salle. Plus personne ne parlait. Un silence lourd. Silence qui veut brisé par la barman qui tenta une approche au mangemort, lui demandant de baisser sa baguette. Que l'homme était impuissant.
    Théodore lui aurait explosé la tête ou lui aurait fait oublier tout ses souvenirs avec plaisir. Encore mieux, il aurait prit beaucoup de plaisir à se battre contre une armée de sorciers. Cependant, il reprit les armes pour ce soir. Il se transforma en une épaisse fumée noire. Des jeunes femmes crièrent. Théodore passa près des têtes des gens, s'échappant rapidement de la Tête-de-Sanglier.

    Quelques minutes plus tard, Théodore arriva dans l'enceinte de Poudlard. Une seule idée retentissait dans sa tête. « Salle magique ». Il avait bien écouté cette femme. Il y avait une salle magique à Poudlard. Seulement, Théodore ne le savait pas. Il n'en avait jamais entendu parler. Il devait en être certain que ce n'était pas une légende, une sottise que la femme voulait répandre. Le mangemort pénétra à l'intérieur du château, une démarche lente et saccadée, scrutant tous les couloirs du bâtiment. A cette heure aussi tardive, aucun élèves n'étaient autorisés à sortir dans les couloirs. Et sur ce point, Théodore était imperturbable.
    Le quatrième étage était vide. Totalement vide. Personne n'arpentait les couloirs. Il ne manquait plus qu'à trouver l'entrée de cette fameuse pièce secrète.
    Théodore passait devant de nombreuses portes, sans ne jamais trouver de mur vide. Il devait bien exister. Poudlard était tellement grand.
    Ce ne fut que quelques longues minutes plus tard qu'il arriva en face d'un mur totalement vide. Les pierres étaient parfaitement empilées. Si cette salle magique existait, elle devait être là. C'était certain. Théodore sortit alors sa baguette. Et dans un élan de force, il lança une poussée de sortilège pour ouvrir cette porte secrète. Seulement, rien ne se produisait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Maison : sans
Théo Lewis
Mangemort | Surveillant
Mangemort | Surveillant



Papiers s'vouplait !
Pense (ou pas) bête:

MessageSujet: Re: La réalité inaccessible [Théo &&' Théodore] Sam 6 Aoû - 18:04

    Théo était assis sur une chaise à bascule. Le mangemort n’avait pas quitté sa chambre depuis cette après-midi. Il était encore dans une colère noire. Sa tête donne toujours des coups terriblement violents. Il est sur le point d’exploser. À quelques mètres de sa chaise jonchent des morceaux de bois et des pages de livres. Il s’était tout simplement défoulé espérant que le mal se calmerait ainsi. Hélas, blesser mortellement un bouquin n’offre aucune satisfaction.

    L’évènement d’aujourd’hui l’a quelque peu troublé. En règle générale, rares sont les sorciers osant le défier. Oui, il y a bien ces aurors qui ont la fâcheuse tendance à le pousser à bout, à faire en sorte que ses nerfs lâchent : qu’il soit incontrôlable. En venant à Poudlard, il jubilait déjà. Pour lui, aucun élève ne supporterait la pression constante de ses collègues et sa propre arrivée. Jusque-là, tout marchait à merveille. Le simple fait qu’il surveille l’entrée de la grande salle provoquait chez certains écoliers une angoisse monstre. Il pouvait le remarquer très facilement : ils regardent le sol, se taisent à proximité et marche d’un pas rapide. C’est jouissif.

    Mais il y a Granger. Cette peste, cette folle... Si seulement le maître ne lui interdirait pas. Il l’aurait tué, mutilé, torturé. Mais au lieu de cela, il doit attendre.

    « Attendez ! »

    S’était écrié le maître alors que la réunion allait à sa fin :

    « Potter est à moi. Et pour lui faire du mal… j’ai besoin du garçon et de la fille. Me suis-je bien fais comprendre ? »

    Le silence était de mise. Personne n’avait osé répondre. Pas même Pius. Les sorciers présents autour de la table se jetèrent des regards. Cet ordre sous-entend des tas de choses. La première n’interdit en rien de les faire souffrir MAIS dans l’unique condition de n’en tuer aucun.

    Théo n’avait su résister. Tôt dans la journée, il s’était décidé à obtenir des informations concernant Potter et l’Ordre du Phénix. Il espérait que la jeune Granger serait aussi faible que tous le prétendent. Et au lieu de cela, elle s’est montrée courageuse et téméraire. Elle n’a pas cédé sous le coup du chantage et de la torture. Cette fille est bien plus résistante qu’il ne l’eut cru. Tôt ou tard, elle lui obéira. Dans sa vie professionnelle; ou plutôt surnommée « vie meurtrière », il ne laisse jamais de témoins. Il tâche de faire son boulot proprement sans aucune pitié. Ainsi donc, la presse et le gouvernement l’ont longtemps traqué. Il n’était pas rare qu’il croise une affiche où sa tête était mise à prix. Théo n’a jamais été coffré. Il n’a aucune idée de ce à quoi ressemble Azkaban.

    Le mangemort poussa un gris grave à la limite d’hurler. Il s’est beaucoup trop énervé aujourd’hui. Jugeant être assez mal pour enfin faire l’effort d’obtenir des soins, il se leva et s’avança lentement vers la sortie de sa chambre. À cette heure, aucun n’élève n’est de sortie. Une douleur intenable fit son apparition. Heureusement, l’infirmerie est à cet étage. Il n’aura pas d’interminable marche à monter ou descendre.

    Lorsque Théo poussa la double porte de l’infirmerie, Mme Pomfresh sursauta et se mit à s’exclamer un peu trop fort à son goût :

    « Comment ? Vous osez revenir après ce que vous avez fait endurer à cette pauvre enfant ? »
    « J’ai pas de temps à perdre avec vos sarcasmes. Donnez-moi quelque chose pour la tête. »
    « Pourquoi le ferais-je ? »


    La tentation était trop forte, il se mit à rire comme s’il était enjoué. Visiblement, elle n’a toujours pas compris où est sa place :

    « Hey la moche, tu fais TON boulot ou je fais MON boulot. Tu comprends ? »

    L’infirmière se contenta de le dévisager et s’éloigna dans la réserve. Soudain, de petits couinements se firent de plus en plus proches. Il connaît ces bruits de pas. Ce sont ceux des elfes de maisons. Mais que font-ils ici ? Si jamais l’un d’eux s’approche, il le renverra illico presto dans les cuisines, par la force.

    Dragida, l’elfe à tout faire. Il se dressa devant le mangemort, essoufflé au bord d’y laisser la vie :

    « Monsieur, je viens vous prévenir comme promis. »
    « Me prévenir de quoi ? Potter s’est échappé ? »
    « Non, Monsieur. »
    « Appelle-moi maître, imbécile ! »
    « M…maîîître. Quelqu’un tente d’entrer dans la salle secrète. Je vous préviens comme vous me l’avez demandé »
    « Quoi ? Qui était-ce ? L’armée de Dumbledore essaierait-elle de se reformer ?»
    « Je ne sais pas Monsieur… Maître ! Il ne s’agit pas d’un élève. »
    « Tu dérailles horrible créature, Alecto est bien trop bête pour essayer… et ne parlons pas d’Amycus. »


    Le mangemort eut une idée :

    « Ou bien, s’agirait-il de…Retournes à tes cuisines ! »
    « Bien, maître. »


    L’elfe de maison reprit sa course toussant à plein régime. Entre temps, la vieille nurse revenait du fond de la salle avec une boisson chaude contenue dans une tasse. Elle lui tendit, sans un mot, et l’observa pendant qu’il ingurgita le breuvage.

    « Merci. »

    Le mal disparu soudainement. Cette femme est une véritable magicienne d’exception. Combattre un mal de crâne aussi terrible devrait mériter une médaille. Théo quitta la pièce sans plus attendre. Quelqu’un essaie donc d’entrer dans cette pièce pourtant interdite. Le mangemort gagna les escaliers. Il se mit en marche pour le 4ème étage. Il atteint le pallier, curieux comme jamais, et s’avança à petits pas espérant coincer quelqu’un d’étranger à l’école ou bien même… un membre de l’ordre du phénix essayant de s’échapper. Tout en s’approchant, il finit par se persuader que personne d’étranger à l’académie n’aurait pu s’infiltrer. Les protections autour du château sont bien trop puissantes pour qu’un seul sorcier ne s’y glisse. Le bruit de sortilèges se fit de plus en plus proche. Le mur est juste là, à l’angle de droite. Théo ne se cacha pas d’avantage. Il se mit à découvert afin de voir à quel sorcier il avait affaire. Il s’écria alors :

    « Alors, on cherche quelque chose ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Théodore E. Amvrossi
Mangemort
Mangemort



Papiers s'vouplait !
Pense (ou pas) bête:

MessageSujet: Re: La réalité inaccessible [Théo &&' Théodore] Dim 7 Aoû - 14:09






    D'un violent coup de baguette, le sortilège s'écrasa sur le mur. Cherchant à savoir ce qui se tramait derrière ce mur, cherchant à ouvrir la pièce secrète, Théodore accentua sa rapidité dans ses formules, sans les prononcer, produisant de plus en plus de puissance. Et ce ne fut qu'à un moment incertain, alors que seuls les bruits de sa baguette parcouraient le couloir, que le jeune homme eut un moment de subconscient, perdant peu à peu connaissance ; restant debout, baguette en main, les sorts dévastant la paroi rocheuse du quatrième étage.



    Flash Back.

      Séléna - « Je me fou éperdument de ce que tu peux penser. Je n'en changerais pas moins mes pensées. »

      Théodore - « Non, je t'en supplie. »

      Séléna - « Ça ne changera rien. Mon choix est pris. »


    Les larmes luisaient sur son visage, pétrifié par la peur.

      Théodore - « Je ne te demande que ça. Ne me trahis pas. Séléna. »

      Séléna - « Théodore, mon Chéri. Cesse tes sarcasmes. Tu me donnes la nausée. »


    Le sourire moqueur de Séléna pétrifiait le corps de Théodore, à genoux à ses pieds.

      Séléna - « Et cesse de respirer mon air. Tu es néfaste à mon environnement. »


    Le jeune homme baissa les yeux au sol.

      Théodore - « Comment tu peux dire ça ? Je n'ai tout donné. Tout. Tout ce que j'ai pu. »

      Séléna - « Donné quoi ? Ne prend plus tes rêves pour des réalités. Théo, arrête. Je vais agir, maintenant. »


    Le jeune homme se leva. Il lui attrapa la main.

      Théodore - « Je t'ai sauvé la vie. Je t'ai trouvé un foyer. J'ai été là pour toi. J'ai su te redonner confiance. Je n'ai fait oublier ce qui n'allait pas. Tu ne te rappels plus de certaines choses, ce qui est néfaste. J'ai utilisé un Sort d'Oubli, comme tu me l'avais demandé. Tu ne te souviens plus de rien. C'est normal. Mais laisse-moi agir. Fait moi confiance. Ne dis rien. Pour l'amour du ciel. Je t'en supplie mon Amour. Je dis rien. »


    La jeune fille éclata de rire.

      Séléna - « Tu dérailles. Je fais ce que je veux. Tu ne me dicteras rien. »


    La jeune fille rigola, cracha sur la main sur jeune homme et se dirigea vers la porte.

      Théodore - « Tu ne me laisses pas le choix. Je t'aime Séléna. »


    La jeune fille s'arrêta net, se retourna vers Théodore. Seulement, baguette brandit, le jeune homme, le regard emplit de lourdes larmes, acheva son sortilège qui explosa sur la poitrine de Séléna.

      Théodore - « Avada Kedavra. »


    Come Back.



      Théo - « Alors, on cherche quelque chose ? »


    L'extirpant de ses pensées, Théodore sentit son bras retomber mollement. Sa magie n'avait rien fait au mur, si ce n'était quelques poussières.
    Il se retourna et aperçut à quelques pas de lui un homme. Il reconnut l'allure d'un mangemort.

      Théodore - « La salle secrète. Peut être pourrais-tu me dire comment elle s'ouvre. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Maison : sans
Théo Lewis
Mangemort | Surveillant
Mangemort | Surveillant



Papiers s'vouplait !
Pense (ou pas) bête:

MessageSujet: Re: La réalité inaccessible [Théo &&' Théodore] Mer 24 Aoû - 18:20

    Théo cru d’abord avoir affaire à un idiot. Mais très sincèrement, le connaissant, il se devait de se retenir à penser une chose pareille. Ambrossi est loin d’être un mangemort possédant un mélange bâtard entre un troll et un gobelin. Son intelligence est justement à toutes épreuves. Pourtant, voilà une bien drôle de question :

    « La salle secrète. Peut-être pourrais-tu me dire comment elle s'ouvre. »

    Théo lui adressa un sourire narquois. Bien sûr qu’il sait comment elle s’ouvre, du moins pas totalement. Plus tôt dans l’année, il avait accompagné le jeune Malefoy dans cette pièce pour l’aider à cacher un objet très spécial. Certes, il ne s’était rien passé : pas de formules magique, pas de coup de baguette. Il avait juste fermé les yeux, juste plissé les paupières. Lewis s’était également retrouvé devant ce mur comme un imbécile dans l’attente d’un « clic » révélateur. Et au lieu de cela, aucune porte n’était apparue. Pourtant il y est entré. Elle existe vraiment. Mais comment y accéder ?

    « La Salle-Sur-Demande, plutôt. »

    Insistant en utilisant une intonation adéquate, il se pinça les lèvres ravi d’être si agaçant. Il engageait souvent cette attitude envers Severus Rogue. Avec lui, une seule de ses réactions le rendait malade. Théo l’insupportable, il aurait fait le parfait cancre à l’école. Heureusement, il y a échappé.

    « Pour l’ouvrir pas besoin d’une baguette. Il suffit juste de fermer les yeux. »

    De la sorte, il fit croire qu’il connaissait la clé pour ouvrir la pièce secrète. Théo avait eu vent de rumeurs selon lesquels Dolores Ombrage aurait trouvé le moyen d’y accéder rapidement. Mais personne n’avait eu la bonté de la faire partager. Si Théodore arrive à ouvrir la pièce avec cet unique conseil, Lewis se ruerait dessus pour en connaître le secret. Peut-être sera-t-il plus intelligent que lui et résoudra le mystère en un battement de cil.

    « Qu’y cherches-tu ? »

    Théo s’approcha du sorcier, jetant sa cape loin derrière lui. Il obtint pour un air plus sérieux et froid : sa réputation est de mise :

    « Aurais-tu été envoyé par le maître ? »

    Théo n’avait reçu aucun ordre du seigneur des ténèbres concernant l’arrivé du mangemort Amvrossi. Pas une lettre, pas un appel. Seuls Amycus et Alecto semblent être au courant. Cette histoire est louche, cela cache quelque chose. Théo se méfie de ce mangemort. D’après les quelques rumeurs, ce sorcier est aussi détraquer que lui. Il est avide de sang et a un passé chargé de lourds secrets. Tout autant que lui. Ils auraient pu être de super potes mais on ne se lie pas d’amitié pour un traître et assassin : c’est malsain et surtout dangereux. Tout comme lui, Théodore ne mérite pas sa place sur Terre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Théodore E. Amvrossi
Mangemort
Mangemort



Papiers s'vouplait !
Pense (ou pas) bête:

MessageSujet: Re: La réalité inaccessible [Théo &&' Théodore] Mer 31 Aoû - 16:08






    Les souvenirs étaient revenus à la vie, et lui avait torturé l'estomac, de long en large. Il n'avait toujours pas reprit ses esprits, alors que ce qui lui servait d'intervenant, de compagnon de malédiction, se déchainait sur des paroles avides de sens. Que voulait-il ? Qu'il le laissa tranquille. Il était bien seul.

    Théodore regardait le mangemort, sans vraiment le regarder. Ses souvenirs revenaient à la vie de plus en plus vite, et bientôt, le mélange de la réalité et des souvenirs se faisaient incontrôlables. Voilà qu'il revoyait sa belle Séléna, celle qu'il avait aimé, puis qui lui avait fait tant de mal. Qui était-il ? Théodore savait que ce n'était pas elle. Il devait se contrôler.

    Sa main serrait de plus en plus sa baguette, manquant de peu de la briser. Les veines de ses doigts ressortaient. De fines plaques blanches reprenaient forme sur ses phalanges, empêchant le sang de passer;

    Il desserra l'étreinte sur sa baguette magique, reprenant un air calme, posé.

    Les yeux verts du mangemort arpentaient les moindres détails du corps du mangemort. Plutôt charmant, un regard fixant, des lèvres délicatement dessinées, un corps admirable. Voilà que son passé refaisait à nouveau surface. Le jour où il avait succombé au charme d'un homme, la seule fois. Peut être. Seul lui le savait. Ce moment qu'il voulait oublier, et qui revenait toujours à la surface.

    En fait, ce n'était pas pour n'importe quel hasard. Le jeune homme ressemblait étrangement à son ancien compagnon. Peut être un lien de famille. Surement impossible. Ce n'était qu'un moldu. Et lui mangemort.

    Théodore ferma les yeux quelques secondes et les réouvrit, cherchant à reprendre absolument ses esprits.

    Théodore avait perçu quelques mots. Il pensait avoir comprit. Mais beaucoup trop vaguement pour en être sur.

    Le jeune homme s'avança du mangemort, et le dévisagea entièrement. Jusqu'aux moindres cernes qui ornaient le contour de ses yeux.

      Théodore - « Un mangemort, tiens donc. »


    Ils étaient de la même lignée, mais Théodore n'avait pas forcément envie de faire sa connaissance. Non pas qu'il pouvait être méchant, loin de là, mais il pourrait lui faire du mal. Et ses envies pourraient être détournées. Il allait se faire passer pour ce qu'il n'était pas. Il devait faire attention, à ses moindres paroles.

    Déjà, il valait surement mieux se présenter.

      Théodore - « Théodore Amvrossi. Un de tes acolytes mon cher. »


    Un sourire se traça sur le visage de Théodore, qui enchaîna.

      Théodore - « Tu disais ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Maison : sans
Théo Lewis
Mangemort | Surveillant
Mangemort | Surveillant



Papiers s'vouplait !
Pense (ou pas) bête:

MessageSujet: Re: La réalité inaccessible [Théo &&' Théodore] Ven 2 Sep - 10:38

    Cet homme aussi cadavérique que blafard pourrait faire peur à n’importe qui. Un peu comme lui-même. Plus le physique est imposant, moins on ose s’y frotter. Les mangemorts ont un don pour cela. Ce sont certainement les êtres les plus horrible et terrible qu’il existe actuellement. Ce mangemort, face à lui, correspond à la définition propre d’un serviteur avide de sang. Son timbre de voix franc et sûr, cette façon d’être ailleurs et ici à la fois. Tout le trahirait s’il serait un infiltré. Ce statut qui deviendra bientôt un métier : la seule échappatoire pour survivre dans ce monde si noir. Quelque chose a poussé Théo dans sa plus tendre enfance à les rejoindre. Désormais, ce sont les remords qui le poussent dans la démence. Théo n’est pas vraiment ce que vous croyez. Mais cela ne regarde que lui.

    Il observe l’homme un sourcil froncé. Sa réaction est tout à fait étrange. Qu’a-t-il bien pu faire pour provoquer chez lui cette soudaine colère ? Théo avait remarqué, avant qu’il ne réponde, qu’il tenait fermement sa baguette. Un petit gars avec les nerfs fragiles, intéressants. Ce sera un réel plaisir de s’y frotter. Un duel avec ce garçon ne peut être qu’un véritable jeu d’enfant : non à la facilité de le mettre K.O. mais… à la vitesse à laquelle il s’embrasera. Un peu comme lui finalement. D’ailleurs en y repensant, ce duel ne pourrait être qu’une mauvaise chose. Lorsqu’il s’était mit à questionner la petite Granger il n’a pas tenu dix minutes avant de perdre le contrôle et de réagir sous l’impulsivité d’un assassin. L’instinct de tuer : une fois acquise on ne s’en débarrasse plus. Un duel avec un des leur ne fera que lui créer des ennuis. Il abandonne. Néanmoins, il le fera. Si il s’avise à fouiller dans ses affaires personnelles… Personne ne touchera à Petrelli. Personne, sauf lui !

    L’homme s’exclama comme s’il s’agissait d’un scoop. Voyons, que ferait un homme de 25 ans se pavanant dans les couloirs d’une école à cette heure-ci ? Ou à n’importe quelle heure d’ailleurs. Dans sa façon de le dire, il ne semblait pas étonné. Encore une fois, un mangemort est détectable à des kilomètres.

    « Finement observé ! »

    Le mangemort se présenta. Voilà qu’il le tutoyait déjà. Il n’a pas froid aux yeux. Espérons qu’il ne soit pas aussi stupide qu’Amycus. Théo perd patience à force et déteste que l’on ne respecte son autorité. Tous ces fidèles… juste des gens à sensations, à grande gueule et à toute défiance. Un acolyte alors, mh… non. Juste un individu de la même espèce. Aucun autre lien ne les lie. Théo a sa race à part. Un sang de survivant, un sang pur et gracieux.

    « Théo Jack Lewis. Ton nom m’est inconnu. Tu ne dois pas paraître très souvent dans la gazette du sorcier à la rubrique : « individu dangereux ». Je me trompe ? »

    Un peu comme lors d’une rencontre entre animal, le mâle dominant annonce la couleur. Pas une seule édition ne comportait pas l’affiche de recherche du célèbre « Théo Lewis ». Certes, depuis que ce journal appartient au Lord, il n’y figure plus. Mais tout un temps, il en était la vedette principale avec les Lestrange, bien entendu.

    « Un sourd. Quelle chance. Je disais qu’il faut fermer les yeux et la salle s’ouvrira. »

    Se moquait-il de lui ? Si oui, cela commencerait déjà. Théo est de très bonne humeur mais cela pourrait très vite changer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Théodore E. Amvrossi
Mangemort
Mangemort



Papiers s'vouplait !
Pense (ou pas) bête:

MessageSujet: Re: La réalité inaccessible [Théo &&' Théodore] Sam 3 Sep - 10:31






    Aux premiers abords, le mangemort qui lui faisait face, qui le répugnait certainement par la même envie de mort que Théodore, se prénommait Théo. Théo Lewis. Un autre Théo. Voilà que le monde est bien petit. Et voilà déjà que le petit s'emportait en l'attaquant. Il n'irait pas loin. S'il était décidé à l'énerver, il n'en faudrait pas beaucoup. Comme dire. Le mangemort n'était pas la légèreté et la sympathie incarnées en ce moment. Loin de là cette machiavélique idée. Très loin même. Enterrée et scellée. C'était un monstre. Pur et dur. A achever.

    En effet, Théodore n'avait jamais paru en première page de la Gazette du Sorcier, ni même à la seconde, ou la cinquième. La cinquantième, la énième. Jamais. A croire qu'il était un des rares mangemorts sages et peu communs. Une fierté ? Surement pas. Une honte surement. Les maîtres de la mort se doivent de terroriser les inconnus. Gouverner Poudlard. Et voilà qu'un pion de l'armée se retrouvait doux, mignon et gentil. Une grosse honte à porter sur les deux épaules. Une honte à crever les yeux. Un détournement de la vie.

    Théodore esquissa un sourire à la remarque de Lewis. Il voulait jouer sur les grands mots. Il fallait avouer qu'il avait vu juste, il ne tournait pas autour du pot comme certains. Il y allait droit, et viser en plein dans les parties vitales. Ce qui réveillerait surement la colère du mangemort, colère qu'il avait jusque là cherchée à canaliser, à esquisser sous tes tonnes de regards enchevauchés les uns sur les autres, pour ne pareil que calme et décontracté. Alors qu'au fond, c'était tout le contraire. Et il ne tarderait pas à dégainer sa baguette magique.

    Et voilà qu'il le traitait de sourd. Il cherchait simplement à se faire écraser par les sortilèges de Théodore. Par son passé, Théodore n'était pas connu pour sa cruauté. Il se faisait simplement connaître de sa puissance en sortilèges. Il en avait plus d'un dans son sac. Et il se ferait un plaisir d'écraser cette vermine ambulante, plutôt vermine charmante, il fallait avouer.

    Anciennement Serdaigle, Théodore avait engendré des vagues de connaissances avant de rejoindre le Maître. Il n'aurait pas été accepté, ne venant pas de Serpentard. Mais le Maître avait bien souligné son aptitude au combat. Et c'était le point fort qui lui avait permis d'accéder aux rangs de Lewis. Il ne fallait pas trop se mesurer aux côtés de Théodore. De son côté, tout irait bien.du côté inverse, se serait l'hécatombe. Prenons l'exemple de la Belle Kate Trycia Black. Elle s'en souvenait surement encore de sa punition si tortueuse soit-elle.

    Théodore esquissa un second sourire avant de ranger sa baguette dans sa robe de sorcier. Il s'avança vers Lewis et prit place à ses côtés, l'air de rien. Il allait se rabaisser plus bas que terre, lui faisant croire qu'il était déjà vainqueur. Loin de là. Ce n'était que le début d'une longue raclée.

      Théodore - « Non en effet, je n'ai jamais paru dans la Gazette du Sorcier. Tu dois être fier de comprendre que tu es surement plus fort que moi. »


    Sans prêter attention aux regards de Lewis, il enchaîna.

      Théodore - « Fermer les yeux ? Je trouve ça plutôt original comme idée. »


    Enfin, Théodore, l'air de rien, et près à tout pour le déstabiliser, se tourna vers Lewis et le dévisagea de ses yeux verts saillants.

      Théodore - « La Maître a de bons goûts maintenant ? Il en a d'autres des mangemorts aussi mignons ? »


    Intérieurement, Théodore avait envie de rire, mais il arborait un immense sérieuse devant Lewis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Maison : sans
Théo Lewis
Mangemort | Surveillant
Mangemort | Surveillant



Papiers s'vouplait !
Pense (ou pas) bête:

MessageSujet: Re: La réalité inaccessible [Théo &&' Théodore] Mar 6 Sep - 8:53

    Le sorcier rangea sa baguette et s’approcha. Il se posta à ses côtés, comme sur une ligne invisible. Il adoptait là une attitude purement de son genre. L’étique « mangemort » lui collait au dos. Il n’est certes pas aussi réactif et agressif qu’Amycus mais peut-être cache-t-il son véritable visage. Ce ne peut-être que cela sinon pour se trouve-t-il à Poudlard ? Il est probablement le petit ami d’Alecto… Non impossible, cette vieille folle finira vierge comme un nouveau né. Cette fille n’a rien pour plaire. Oh si, il y a bien son physique plutôt mignon, ces petites fesses rondes, ce regard meurtrier un poil excitant,… mais elle n’a que ça. Le reste n’est pas à envier. Toutes les femmes du monde sont beaucoup plus attirantes. Même une moldu l’attirerait d’avantage. Idée très difficile à avaler étant donné sa haine incalculable qu’il a envers cette race si pauvre et si peu évoluée.

    Le sorcier accepta sans broncher son niveau de débutant. Étrange, c’est bien la première fois qu’il n’engage pas un combat en utilisant juste ces quelques mots. De par ses paroles, il engagea un sourire satisfait. Une mimique représentant sa supériorité dans tous ses états. Presque personne ne lui arrive à la cheville. Il lisait la gazette du sorcier avec passion. Il découpait même de temps en temps un article ou autre. Ainsi donc, il jubilait de lire ces mots : « meurtre », « terrifiant », « horrible », « assassin », « de sang froid »,… Des termes qui le qualifient comme il se doit. Théo est une véritable légende Britannique. Personne n’est prêt à l’oublier de si tôt. Être tellement redouté… ça quintuple la puissance ! Il se sent unique et bon à la fois. LE sorcier à ne pas ennuyer. LE sorcier intouchable. Du moins, il le pense fermement.

    « Fier ? Allons, allons. On s’y fait, à force. C’est un véritable honneur que personne n’a jamais réussit à me voler. »

    Dès à présent, il considérait Théodore comme un élève avide de savoir. Certes, si il se trouve en ces lieux c’est qu’il possède quelque chose que Théo n’a pas. Quel risque prendrait le Lord en envoyant quelqu’un d’incompétent sur le terrain ? Il serait ridicule. Ce sorcier au nom étrange n’est certainement pas là en guise de décoration ni de défouloir. Il a sa place, tout comme lui. Mais laquelle ?

    Théo était souriant. Oui, encore une fois il avait la satisfaction d’être le plus grand. Il n’est âgé que de 25 ans et il a su faire parler de lui. Quelle sera la prochaine étape ? Premier ministre, peut-être ? Non, très mauvais choix. Théo ferait un grand nettoyage. Les traites passeraient les premiers. Hors de question…

    « Original ? Depuis quand un mage comme vous est fasciné par un battement de paupières ? Faites donc et cette pièce sera à vous. »

    Il y est presque. Ce mangemort arrivera-t-il à l’ouvrir ? Si oui, quel bonheur ! Si cette salle s’ouvre, il pourrait en faire son quartier, sa propre salle de torture. Granger, Potter, Weasley… et Petrelli auront du souci à se faire. Les engins mortellement dangereux que doit contenir ce joyau. Une victoire extrêmement jouissive. Mais va-t-il le faire ? Va-t-il trouver le moyen ultime pour provoquer l’ouverture de ces portes ?

    Soudain, Théo se raidit. Était-ce dû au dégoût ou simplement à l’effet de surprise ? Lui-même est incapable de le dire. Il se tourne, absolument perdu et choqué d’une telle déclaration. S’agit-il d’une ruse pour le mettre à pieds ou simplement d’une déclaration sincère pure et dure ? Certaines barrières ne sont pas à franchir. Celle-ci est dans un mauvais état mais il est difficile de l’escalader.

    « Mignons ? Voyons, vous vous croyez assez important pour me flatter ? Le Lord ne vise pas sur le physique mais plutôt… sur les capacités. Ha moins que… vous-même avez-vous été sélectionné par le critère de la beauté ? Dans ce cas… »

    Il se mit à pouffer très rapidement avant d’ajouter :

    « …vous avez dû paraître dans « Sorcière Hebdo » ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Théodore E. Amvrossi
Mangemort
Mangemort



Papiers s'vouplait !
Pense (ou pas) bête:

MessageSujet: Re: La réalité inaccessible [Théo &&' Théodore] Mer 7 Sep - 0:29






    Et voilà qu'il jouait sur la plaisanterie. Quel bourreau. Un incapable, qui se croit supérieur. Qui fait valoir ses droits, sans vraiment avoir pris conscience de qui il avait en face de lui. Il enchaînait des paroles, qu'il trouvait pour lui simplement marrante, hilarante, mais il ignorait tout de Théodore. Le Serdaigle devenu mangemort. Il ignorait tout. Vraiment tout. Il ne connaissait rien de ce qui se tramait au fond des entrailles de cet être sordide. Il fallait jouer la carte de détournement.

    Théodore écoutait le mangemort, sans prendre conscience vraiment de la profondeur de ses paroles. Il le laissait s'exprimer, canalisant à chaque fois un peu plus ses intensions.

    C'était un véritable honneur que personne n'ai jamais réussi à le voler. Comment osait-il avancer de telles paroles ? C'était un mangemort après tout, mais se croire aussi fort le rendait stupide. Complètement ignorant. Et voilà qu'il s'entêtait à lui rentrer dedans, en remettant en doute son originalité. Il cherchait. Il trouverait. Mais pas tout de suite. Le final était de marbre. Il se raidissait aux avances de Théodore. Excellente idée. Il continuerait dans cette voix encore quelques temps, en le détournant de ce que pouvait être tramé derrière ce mur profond du quatrième.

    Sorcière Hebdo. Tout simplement succulent. Il se jetait dans la gueule du loup. C'était parfait. Qu'il continue son ironie si hilarante soit-elle. Qu'il continue. Il ne fallait pas mieux en demander.

      Théodore - « Sorcière Hebdo ? Pas cette fois. Le Maître m'a choisi pour une raison simple. J'étais au fond du trou, près à tout pour revivre. Il était là, pour me remonter, en tête de faire de moi une bête de combat. Il prendra conscience de ma stupidité un jour. A vrai dire, je ne suis bon à rien. »


    Faux ! Strictement faux ! Déontologiquement faux ! Théodore était du côté de Voldemort pour sa stratégie. Et voilà même que Lewis était tombé dans le piège depuis longtemps. Il se croyait fort, supérieur. Alors qu'il n'en était pas moins qu'un incapable face au Serdaigle. Et qu'il ne le sache pas lui était complètement égal. Lui le savait, c'était le principal.

    Se tournant vers l'entrée de la Salle-sur-Demande, Théodore admirait le haut mur qui se dressait devant lui, tournant le dos à Lewis.

      Théodore - « Fermer les yeux. Qui ne tente rien, n'a rien, après tout. »


    Exécution, Théodore ferma les yeux, et ne pensa, non pas à l'entrée de la pièce secrète, mais bien à Lewis. Il allait le trahir, le pétrifier ou tout autre chose. Il devait restait vigilant sur tous ses gestes. La trahison ? Il ne bougeait. Il n'avait pas bougé depuis le début. Il n'avait pas peur. Simplement un fort manque de personnalité. Il ne savait pas comment réagir aux avances de Théodore. Il se méfiait. Il devait comprendre qu'il cachait quelque chose. Et se douterait surement que son histoire de recrutement avec le Lord était fausse. Il allait jouer la curiosité. Il n'avait pas bougé. Ce n'était qu'une question de temps. Il avait peut être déjà pointé sa baguette sur le dos de Théodore. Mais ce dernier se refusait de sortir la sienne. Si Lewis était lâche, il l'attaquerait alors que Théodore aurait les armes à terre.

    Lewis ne savait pas comment ouvrir la porte. C'était écrit sur son front. En gros caractère. Mais il ne voulait pas laisser traverser cette pensée à l'esprit de Théodore. Sinon, il ne lui dirait pas qu'il fallait fermer les yeux, d'autant plus que le mangemort avait ouvert un seul de ses yeux pour vérifier le mur qui n'avait pas bougé. La Salle-sur-Demande demandait plus de concentration. Et voilà qu'il réfléchissait maintenant au moyen d'entrée en contact avec ce secret.

    Que fallait-il faire pour pénétrer dans les lieux ? S'il fallait fermer les yeux, fallait-il un mot de passe ? Ou plus compliqué ? Pour une fois, Théodore n'en savait rien. Que les Dieux lui donne un signe.

    Il réouvrit les yeux et commença à se retourner vers Lewis quand son regard s'arrêta sur une tapisserie au fond du couloir parallèle. Et comme un flash, le mystère de la pièce serait peut être percé.

    L'immense tapisserie représentait la stupide tentative de Barnabas le Follet d'apprendre à des trolls l'art de la danse.
    Pendant la troisième année d'étude à Poudlard au sein de l'Aigle, Théodore avait entendu les elfes de maison qui parlait de cette tapisserie qui longeait la Pièce Va-et-Vient. Les elfes prétendaient qu'il fallait passer trois fois dedans en pensant fortement à ce que l'on avait besoin. Etait-ce cette salle ? La Pièce Va-et-Vient était-elle la Salle-sur-Demande ?

    Une chose était sure, il ne devait pas montrer ce secret à Lewis. Il arborait un grand sérieux devant le mangemort.

      Théodore - « Ton air de supériorité me fait frétiller de plaisir. Je meurs d'envie d'apprendre à te connaître, Théo. »


    Pris au jeu de la séduction, Théodore lui offrait déjà son plus beau sourire, prenant sa direction, se rapprochant de plus en plus de Lewis. Qu'il bouge, qu'il s'active. Il n'allait pas rester en place. S'il bougeait, il gagnerait, et toutes ses pensées se confirmerait. Qu'il bouge. Recule, avance, attaque. Qu'il fasse quelque chose. Maintenant.

    Théodore avançait dans sa direction, prêt à se rapprocher assez sévèrement du mangemort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Maison : sans
Théo Lewis
Mangemort | Surveillant
Mangemort | Surveillant



Papiers s'vouplait !
Pense (ou pas) bête:

MessageSujet: Re: La réalité inaccessible [Théo &&' Théodore] Mer 7 Sep - 9:49

    Théo leva un sourcil très peu convaincu. Un sorcier s’abaissant plus bas que terre, c’est très peu commun. Surtout chez les mangemorts. S’il aurait s’agit de Peter Pettigrow, il aurait été certain que c'était la vérité. Mais cette fois, il s’agit bien d’un sorcier présent au sein de Poudlard. Mais qu’a-t-il à brailler qu’il n’est qu’un bon à rien ? Peut-être pour ne pas l’énerver ou pour l’avoir par l’arrière ? Il est louche, très. Théo a pour mission de rester à Poudlard quoi qu’il en coûte. Il n’a aucun moyen de communiquer avec le Lord. Il est hors de question qu’il s’agenouille devant Amycus pour qu’il envoie un signal. Et comment réagirait-il ? Si Théo l’appel pour une seule et unique question de curiosité ? Avada Kedavra. C’est bien trop risqué.

    Très calme. Une qualité qui ne colle pas à la personnalité de Théo. Le « collègue » sorcier n’avait pas prit la mouche à sa subite attaque. Hélas, ce n’est que partie remise. Cette remarque était reliée étroitement à sa réflexion. « Mignon » non mais là, c’est le monde à l’envers. Théo n’a jamais vraiment été attiré par un physique quelconque. Il se souvint, très faiblement, de la beauté de sa mère. Son sourire lors du petit-déjeuner, de son visage caressé par le vent. La seule beauté qu’il n’avait observée, jusque-là. Bon nombre de sorcières avaient tenté de le charmer. Elles s’étaient vues offerte une courte nuit de folie acrobatique. Rien de plus, jamais. Cette remarque n’est pas le fruit d’un hasard, ni même d’une attirance. Pour lui, il est certain que le sorcier tente le tout pour le tout, sans arrière pensé. À quoi joue-t-il ?

    « Au fond du trou ? »

    Il entendait ces mots comme un écho sourd qui lui déchire les tympans. Tout comme lui. Il a toujours été persuadé que le seigneur des Ténèbres était en vérité un homme de cœur, bon, indulgent et un véritable héro. Il l’avait sauvé des griffes de sa famille. Mais avec du recul, puis-ce que les faits remontent à plus de 16 ans, qu’a-t-il gagné ? Rien. Le sang, les cadavres, le respect, la peur, une vie de nomade. Il a perdu sa famille, une mère, un père… Si seulement elle n’était pas tombée enceinte, cette petite garce aux yeux verts n’aurait jamais vue le jour. Les erreurs d’adultes. Ils veulent des enfants et ne sont même pas capable de faire un enfant parfait. Camille était la fille la plus imparfaite de ce monde. Cette peste. Tout est de sa faute. Un bébé de un an. Théo se contrôle. S’il pense à cela maintenant, il risque de se rendre illico presto dans les cachots pour mettre un terme à la vie de celle qui a bousculé le court de sa vie. Il doit se maîtriser. Elle ne peut pas mourir maintenant. Il a besoin d’elle. Juste encore… un peu.

    « ASSEZ ! »

    Ce mensonge trop lourd. « Je ne suis bon à rien ». Comme si Vold… vous-savez-qui avait l’habitude de sélectionner des imbéciles. Même si, il doit bien reconnaître que, Severus Rogue est un idiot de première catégorie, il est bien utile. Théodore n’est pas là par hasard. Il n’aurait pas prit le risque de mettre un débutant dans le château. Il doit être puissant, fort en quelque chose. Ce n’est pas qu’une coïncidence. Impossible. Vraiment. Il ne prendrait aucun risque. S’il joue la comédie depuis le départ, il est intelligent et surtout très fort. Il a réussit à le cerner dès le départ. Rapide, efficace. Voilà peut-être l’une des premières raisons de sa présence.

    « Bon à rien ? Tu me prends pour le plus grand des imbéciles. Le Lord ne prendrait pas le risque de mettre un débutant sur le terrain. Qui es-tu ? »

    Il le fusilla du regard. Ce sorcier doit bien rire au fond de lui. Il a réussit à lui faire croire être totalement obstinée par sa puissance. Quel bougre. C’est un excellent comédien. Comme quoi il faut se méfier de tout.

    Théo s’impatientait. Cette porte allait-elle s’ouvrir ? Son collègue ferma les yeux. Ça y est, la découverte est proche. Il va y arriver. Il attend patiemment. Rien ne bouge. Pas de bruit, pas de nuage de poussière, rien. Pas de porte magique, pas de mur incliné. Cette salle n’est pas un mythe. Sinon, Ombrage n’en n’aurait pas parlé et n’aurait pas interdit son accès. Fermer les yeux ne doit pas être la seule clé. Il doit y avoir un rituel, des formules magiques, des coups de baguettes, ou autre. Cette attente est lourde, pesante. Il a besoin de cette pièce. S’il tue Chloé, là, dans cette pièce… qui la retrouvera ? Personne. Voilà comment ne pas se salir les mains. Le plan idéal, le rêve.

    Soudain, il recommençait son cirque, son spectacle. Mais que cherche-t-il à la fin ? Il se rapproche trop à son goût. Il est étrange. Il pourrait presque lui faire peur. Son interlocuteur lui sourit et s’approchait, encore ! De trop, beaucoup de trop. Il cherche à la déstabiliser. Oui, c’est cela. Il n’y a pas d’autres raisons, n’est-ce pas ? Oui c’est cela, juste le perturbé… ou pas ?

    Théo saisit le bras du sorcier et releva ensuite les yeux. Il aurait pu, certes, saisir sa baguette mais il est bien trop curieux pour le faire. Un affrontement aurait écourté leur conversation. Il a besoin de savoir, de connaître ses intentions. Il n’en dormirait pas, dans le cas contraire. Les insomnies sont déjà bien assez nombreuses pour qu’elles persistent encore. Il lâcha ensuite le bras lorsqu’il fut arrêté à mi-chemin. Il est tout à fait hors de question qu’il l’approche.

    « Et bien apprends-en plus à distance, veux-tu ? »

    Il afficha une mine blasée et regarda face à lui. Il est collant. Il n’arrivera pas à s’en débarrasser de si tôt. Si ce qu’il dit est un message caché à travers des mots, Théo est dans un sacré pétrin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Théodore E. Amvrossi
Mangemort
Mangemort



Papiers s'vouplait !
Pense (ou pas) bête:

MessageSujet: Re: La réalité inaccessible [Théo &&' Théodore] Mer 7 Sep - 11:48






    Vous savez, il arrive parfois de rêver. De rêver, que l'on vole. On commence à courir vite. Très vite. Très très vite. Comme si nous étions surhumain. Et le terrain devient de plus en plus rocailleux, pentu. On continue à courir, à chercher notre envol. Et nous courons si vite, que nos pieds ne touchent même plus le sol. Nous flottons. C'est fantastique comme sensation. Fantastique. Nous nous sentons libre, en sécurité. Et puis, nous nous rendons compte que nous sommes seuls. Jusqu'à ce que nous nous réveillons.

    Un rêve. Bien trop réservé, bien trop parfait. Un rêve donc Lewis se croyait avoir pris possession en achevant le bel Amvrossi à coups de paroles. Mais rien ne pourrait déstabiliser Théodore. Si ce n'était le seul point sensible qui le rongeait, qui pourrait faire réveiller sa colère, qui pourrait le faire succomber à sa folie, le rendre totalement fou, une folie destructrice aux centaines de ravages.

    C'est exactement là que nous devions en venir. Qu'est-ce que signifie l'amour vraiment ? Nous nous pensions tous amoureux à un moment, mais le sommes-nous vraiment ? Avons nous pris conscience de ce qu'était le véritable amour ? Si on m'offrait cette carte, cette chance dépourvue de plaisir, je la boufferais. Ce ne sont que des moments éphémères donc nous ne sommes pas maîtres. Des mensonges blâmés, des chagrins, tout le reste.

    Le désert, c'est fait pour tout recommencer.

    « Au fond du trou ? ». Voilà qu'il demandait des explications. Il n'en aurait pas. « Bon à rien, tu me prends pour le plus grand des imbéciles. Le Lord ne prendrait pas le risque de mettre un débutant sur le terrain. Qui es-tu ? » Voilà que tout devenait un peu plus intéressant. Comme prévu. Il se servait enfin de sa boîte crânienne. Il était sur la bonne route. Prêt à se faire abattre. Théodore restait de marbre. Son « Assez ! » lui donnait un côté révélateur. Il ne contrôlait que très peu sa folie. Il ne tiendrait pas des heures. Ce qui n'était pas le cas de Théodore, qui restait toujours serein, ne lâchant aucune révélation au mangemort. Un énervé de nature. Bon à savoir. « Apprends-en plus à distance. », conseil qu'il s'efforçait de lui donner en le stoppant en lui levant la main au ciel. Quel stupide mangemort. Un effrayé face à la sexualité. Il se trahissait à distance. Et si c'était ce qu'il voulait, il allait avoir de la distance. Tellement de distance qu'il ne connaîtrait pas le secret de la Salle-sur-Demande, si le secret était bien celui qu'il pensait, de passer trois fois devant la porte en pensant à ce que nous voulons.

    Qui était-il ? Son identité ne serait pas révélé maintenant. Il allait passer cette question à l'oubli. Il ne répondrait pas.

    Théodore avait tué plusieurs fois. Certes, surement pas autant de fois que Lewis, mais toutes ses attaques avaient été des réussites. Il avait torturé ses pauvres gens sans pitié, et avait fuis sans laissé la moindre trace derrière lui. C'était tellement excitant le mystère. Il ne répondrait pas à sa question dans l'immédiat.

    Quant à la distance, Théodore se ferait un plaisir de lui en donner. D'ailleurs, il avait déjà tourné les talons et se dirigeait vers la Salle-sur-Demande. En s'appuyant sur le mur, il regardait longuement le mangemort, Lewis.

      Théodore - « Je suis ravi de voir que le critère de beauté du Maître ne serre de progresser. En plus d'employer des terreurs magnifiques, elles ont du caractère. J'aime beaucoup le Maître. Il est fort. »


    Théodore penchait sa tête légèrement sur le côté et afficha un clin d'œil à Lewis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Maison : sans
Théo Lewis
Mangemort | Surveillant
Mangemort | Surveillant



Papiers s'vouplait !
Pense (ou pas) bête:

MessageSujet: Re: La réalité inaccessible [Théo &&' Théodore] Mer 7 Sep - 17:51

    La mangemort s’éloigna sur son bon conseil. Excellent choix. Qu’il prenne de la distance. Cela évitera toute tentative mal placée de l’attaquer par l’arrière. Maintenant ils se font face. Théo pouvait l’attaquer dans les règles de l’art. Non, ne partons pas de nouveau dans des idées pareilles. Depuis le début, il tente de le déstabiliser. Essaie-il de l’énerver ? Peut-être veut-il se battre. Méfiance absolue, ses intentions ne sont pas clairs. Soit, il plonge en pleine schizophrénie, soit il attend un seul faux pas de sa part. Sa façon d’agir fait froid dans le dos. Il n’est pas franc, en tous cas.

    Il franchit la frontière à ne pas engendrer. C’est ce qu’il cherche. Le mettre en colère. Mais pourquoi ? Se défouler ? Pauvre fou. Théo n’est pas un pantin défiant les limites de l’impossible. Lorsqu’il sait n’avoir aucune chance, il ne tente pas l’expérience. S’il s’est permit de se rabaisser à ce point, c’est qu’il sait être beaucoup plus puissant que lui. Qu’a-t-il dans son sac pour se permettre d’être si maladroit ?

    « Ravi que mon caractère te plaise. Il ne fait pas cet effet là à tout le monde, malheureusement. »

    Que lui prend t-il ? A-t-il vraiment appuyé ses dires ? Oui, il l’a fait. Qu’a-t-il en tête ? C’est simple. S’il marche dans son jeu, tout en gardant son calme, peut-être au-t-il la paix. Il risque d’être déçu. Théo espère ne pas se tromper. Il a eut des journées plutôt éprouvantes depuis pas mal de jours. Il s’était emporté et avait couru maintes fois à l’infirmerie pour avaler des tas de cachets.

    Le sorcier s’était incliné, légèrement et lui avait envoyé un clin d’œil. Brrr. Il fut parcouru d’un frisson qu’il tenta de dissimuler en bougeant légèrement. Sa façon de réagir ne lui plait guère. S’il veut contrer ses plans, il doit pourtant jouer le jeu. Mais cette idée de jouer les charmer est loin de lui convenir. C’est très peu commun d’obtenir une telle intention d’un homme. Qui plus est, d’un mangemort :

    « Que signifie ce clin d’œil, Théodore ? »

    À son tour de sourire. Le plus grand, le plus large. Il n’est pas sincère mais ce n’est pas visible à l’œil nu. Il faut entendre les réflexions de Théo, au fin fond de sa tête, pour comprendre que ce sourire n’est qu’un masque, un tableau, une face cachée.

    Il croisa les bras, pour se donner un genre, avant d’ajouter :

    « Ce geste n’est-il pas révélateur ? »

    Il n’en croit pas ses oreilles ! Heureusement pour lui, personne ne traîne dans ces couloirs à cette heure-ci. Que penseront les autres de ce soudain changement de comportement ? Il adopte douceur… et… non. Ces mots sont incompatibles avec Théo. Vraiment… hein… ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Théodore E. Amvrossi
Mangemort
Mangemort



Papiers s'vouplait !
Pense (ou pas) bête:

MessageSujet: Re: La réalité inaccessible [Théo &&' Théodore] Mer 7 Sep - 22:32






    Sans un mot de plus. Sans un bruit de plus. La pluie tombait, s'écrasant sur les fenêtres. Les gouttes dégoulinaient sur le parole vitreuse avant de se perdre dans la boue terreuse du jardin. Et le cri retentissait. Son cri strident. Celui de cette femme. Déchirant les entrailles de la ville. Tranchée au coup, d'un coup de baguette.

    Une image brève, comme une éclipse, un flash de passage. Et voilà que le mangemort le tirait immédiatement de ses pensées. A vrai dire, la réaction de Lewis surprenait Théodore. Jamais il n'aurait pensé une telle réponse, aussi réciproque face à ses attaques aux côtés de la drague. Jamais il n'aurait pensé que le mangemort rentrerait dans ce jeu de séduction. Et voilà que son projet tombé à l'eau. Et ce n'était pas tout. Il en rajoutait. Encore et encore. Ce que signifiait ce clin d'œil. Ce croisement de jambes révélateur. C'était tout bonnement et tout simplement de la folie. Lewis avait totalement changé en l'espace de quelques secondes. Il fallait agir, et non pas se laisser surmener.

    Théodore se redressa et afficha un petit sourire de satisfaction. Son sérieux devait bien méprisé Lewis à un moment ou à un autre. Théodore passa une main dans ses cheveux.

      Théodore - « Théo. Ce clin d'œil, tu aurais besoin d'une explication ? Tu ne comprends donc pas par toi-même ? »


    Changement de plan. Il n'avait pas fallu beaucoup de temps au mangemort pour que toutes ses neurones se connectent. Les rôles étaient inversés. Lewis voulait rentrer dans son jeu pour le faire périr, mais à suivre cette tactique, autant prendre totalement sa place dans la partie. Cette fois-ci, Lewis serait le charmeur, et Théodore le meneur.

      Théodore - « Quant à la révélation, ce n'est que ton affaire personnelle. Je me fou éperdument de ton devenir. Cependant, si l'envie te prend de reprendre contact avec moi, tu sais comment faire. »


    Théodore avait remonté sa manche. Sur son avant bras résidait la Marque des Ténèbres que tous les mangemorts possédaient.

    Théodore avait eu deux idées. Mais laquelle choisir ? Il voulait partir. Lewis l'aurait surement arrêté, pour connaître le moyen de rentrer dans la Salle-sur-Demande. Ou sinon, Théodore allait rentrer à l'intérieur même du mystère et ouvrir la porte. Mais ce, non pas tout de suite, mais bien à l'abri du regard de Lewis. Il ne voulait pas révéler le secret de la pièce magique. Il voulait bien le garder pour lui. Que faire ? Le choix était tellement difficile. Il fallait agir. Et maintenant. Il ne fallait pas paraître une seconde en face d'hésitation devant Lewis.

    Théodore s'avança vers Lewis, brisant cette distance qu'il voulait impérativement forgée entre eux. Cependant, Théodore ne s'arrêta pas et continua sa route. Puis, pris d'une envie de l'énerver, Théodore se figea, tourna les talons et s'approcha de Lewis. Il lui déposa rapidement un baiser sur la joue. Il allait être fou. Il allait s'énerver. Théodore avait déjà prévu de se défendre. Sa main était posée sur sa baguette magique, prêt à la sortir à la moindre imperfection du mangemort.

    Le mangemort n'avait qu'une envie, rentrer dans cette salle. La Salle-sur-Demande. Mais il ne fallait pas qu'il y est ce foutu Lewis dans les parages. Il allait le terrasser. Qu'il parte. Une bonne fois pour toute.

    Ce baiser allait-il le faire fuir ? L'énerver ? Ou rester humble ? S'il ne réagissait pas, le beau mangemort accentuerait la séduction, jusqu'à le transformer en une vraie furie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Maison : sans
Théo Lewis
Mangemort | Surveillant
Mangemort | Surveillant



Papiers s'vouplait !
Pense (ou pas) bête:

MessageSujet: Re: La réalité inaccessible [Théo &&' Théodore] Ven 9 Sep - 10:51

    Intérieurement, le mangemort se retenait de fuir, de partir sans ne plus rien répondre. Personne ne s’intéresse à lui et cela à sa grande satisfaction. Ce Théodore devient trop proche à son goût. C’est da la folie. Même la fille la plus séduisante du monde ne pourrait se permettre une telle approche. Sa propre mère est désormais et à tout jamais bien loin. Il a tord de croire pouvoir contrer les barrières. Sauf si, encore une fois, son unique but est de le tester, obtenir quelque chose.

    « Oh si, j’ai très bien comprit Théo-dore. Excellent comédien ! »

    Théo sent quelque chose de différent dans l’atmosphère. Visiblement, son changement de plan fonctionne à merveille. L’un cache et dévoile sa personnalité à l’autre. Comme c’est… délicieux. Lewis n’est certainement pas le seul à aimer la domination, le sang, la virilité, la mort. Cette fois, ce fut son interlocuteur à montrer les dents. Voilà enfin le moment attendu. Sous cet air de parfait séducteur, cet homme est un fer à chaud, brûlant d’envie d’exploser en douceur. Cet homme est peut-être même un bagarreur. Tant mieux, le moment de se défouler est peut-être bien arrivé.

    « Théodore attends, voyons. Je ne te plais plus ? Oh non… c’est vrai. Tu te fou éperdument de mon devenir. »

    Malgré sa tentative, le mangemort s’éloignait. Il lui avait montré la marque des Ténèbres. Là, c’est la panique. Théo montre les crocs, le visage dans une extrême colère. S’il s’est déplacé jusque ici, ce n’est pas pour repartir les mains vides. Hors de question qu’il s’en aille sans trophée. Il a besoin de cette salle. Quoi que cela lui en coûte. Les veines se dessinèrent tous le long de son cou menaçant à tout moment d’exploser. Le sang circule mal et sa respiration devient plus forte. Il posa sa main sur sa baguette, sous sa robe. S’il ne fait pas demi-tour, il agira :

    « Théodore, on a pas finit de discuter. »

    Théo se mit en marche, d’un pas agressif et rapide déterminé à le rattraper. Il lui faut cette pièce, absolument, obligatoirement. Question de survie, question d’avenir. Cette salle, cette pièce. Elle l’obsède. Il en devient fou, totalement malade. Il tuerait pour ça. Non il ne peut pas, c’est un fidèle. Il lui faut la clé, le code. Au bord de la crise, il va céder. Cette ignorance le rend fou, il en devient malade. Il va exploser. Il est sur le point de s’enflammer comme une braise.

    « Ouvres-moi CETTE pièce. »

    Il serra les dents lorsqu’il prononça ‘cette’. Dans son état, il aurait été capable d’incendier tout l’étage afin d’y accéder. Il espérait avoir été assez convainquant mais il n’est pas optimiste. Il sait que ce mangemort lui donnera du fil à retordre. Il n’est pas prêt de cracher le morceau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Théodore E. Amvrossi
Mangemort
Mangemort



Papiers s'vouplait !
Pense (ou pas) bête:

MessageSujet: Re: La réalité inaccessible [Théo &&' Théodore] Ven 9 Sep - 16:10






    Ses pas claquaient sur le sol, déterminé à fuir le couloir et l'humain. Pas après pas, les pierres des murs défilaient, l'air frais qui régnait dans le couloir lui ébouriffé les cheveux et ses yeux pales et verts flamboyants scrutaient le fond du couloir qu'il atteindrait d'ici peu. Sa main sur sa baguette ne tremblait pas. Elle était raide. Très raide. Prêt à être soulevée et à pointer le morceau de bois sur son adversaire. Sa robe de sorcier dansait derrière ses pas. Et toujours, ses pas claquaient sur le sol.

    Poudlard était calme ce soir. Les élèves, du moins la majeure partie, devait être perdu dans de profonds sommeils, de profonds rêves les engourdissant jusqu'au lendemain. Seulement, le mangemort parlait bien trop fort, en accentuant sur ce « cette » à l'égard de Théodore qui, prit d'un frisson de victoire, s'immobilisa.

    Voilà le moment qu'il attendait depuis tellement longtemps. Il s'énervait enfin. Il voulait connaître le moyen d'y accéder. Accéder à la Salle-sur-Demande. Cette salle secrète aux milles mystères. Mais était-il vraiment certain de connaître la réelle clef pour y accéder. Il n'en était pas sur. Il ne pouvait pas tenter de s'introduire dans la Salle-sur-Demande. S'il ne tentait pas d'y pénétrer, il ne serait jamais fixé. Mais se tromper devant un des siens serait une réelle honte.

    Un sourire se traçait déjà sur les lèvres de Théodore. Il se retourna et admira au loin la silhouette de Lewis qui se dressait à l'autre bout du couloir. Puis, Théodore s'évapora sous forme de fumée noire. La matière noire se déplaça rapidement jusqu'à Lewis, reprenant rapidement la force d'un humain. Théodore marcha quelques pas pour ralentir la vitesse qu'il avait prit et s'arrêta à quelques centimètres de Lewis.

      Théodore - « Théo. Tu révèles enfin ta vraie nature. C'est tellement excitant de te voir dans cet état. »


    Il détourna son regard vers l'entrée de la Salle-sur-Demande et s'approcha. Comment allait-il bien pouvoir marcher trois fois devant sans que Lewis le remarque. Il se devait d'être vigilant, très vigilant. Il aurait pu le pétrifier, mais il ne voulait pas engager le combat. Il pourrait être menacé par Lewis pour lui donner la clef. Et s'il ne la donnait pas, il serait condamné aussi. Après réflexion, plus le choix. Il devait agir, maintenant.
    Pointant sa baguette contre la pièce, il murmura entre ses dents un sortilège.

      Théodore - « Lumos Maxima ! »


    Au dernier moment, il se retourna et pointa sa baguette sur Lewis qui fut aveuglé par la lumière. Théodore s'empressa de se transformer en une épaisse fumée et passa trois fois devant le mur à toute vitesse, en pensant fortement à une pièce, une chambre, plus précisément. Il s'immobilisa enfin et la lumière prit fin dans un « Nox ». puis, il recula et s'approcha de Lewis. Les pierres se déplacèrent, et une grande porte se forma sous leurs yeux, révélant enfin, pour la prmeière fois à ses yeux, l'entrée de la Salle-sur-Demande. Il avait réussi à l'ouvrir. Et Lewis ne connaissait toujours pas le moyen d'y pénétrer.

      Théodore - « Pour être sincère, c'est bien la première fois que je l'ouvre. »


    Sans un mot de plus, Théodore s'approcha de la porte et la tira. En effet, la chambre était bien là. Et un pincement au cœur lui tortura l'estomac, mais il resta de marbre. Cette chambre avait tellement de souvenirs pour lui. Théodore se tourna vers Lewis, et pour la première fois, lui parla calmement et lui afficha un sourire, non pas de séducteur, mais de compagnon de la mort.

      Théodore - « Tu viens ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Maison : sans
Théo Lewis
Mangemort | Surveillant
Mangemort | Surveillant



Papiers s'vouplait !
Pense (ou pas) bête:

MessageSujet: Re: La réalité inaccessible [Théo &&' Théodore] Sam 10 Sep - 18:18

    La respiration du mangemort était instable. Son cœur battait plus rapidement. Pour se défouler, il hurlerait bien une dernière fois. Si Théodore agit d’une façon inappropriée oh, seigneur ténébreux… Pardonnez le geste qui tuera votre fidèle. Dans son état, Théo est dans l’incapacité de reprendre son rôle de charmeur charmé. Il n’a plus la tête à jouer la carte de la double personnalité. La sienne, la vraie, la pure et dure est exposée au grand jour. Il n’avait plus connu une telle rage depuis plus d’un an. Il s’était retrouvé face à Estombal Hubby, un employé du ministère. Il avait été chargé d’une mission : obtenir des codes d’accès, des sortilèges capables d’accéder au bureau du ministre. Ce dernier s’était montré très désagréable et peu coopérant. Ne contrôlant plus la situation, il fut obligé de le tuer. S’infiltrer au sein du ministère avait déjà relevé du suicide mais s’il partait en plus les mains vides, que penserait le Lord ? Finalement, il y était arrivé. Mais cette colère était une simple erreur. Il était à deux doigts de raté. Il s’est promit, depuis ce jour, de tenter le tout pour le tout. Il doit se contrôler, trouver le moyen de rester calme.

    La baguette toujours sous la robe, tenue fermement par sa main, il observa le sorcier se déplacer. Il s’approche, encore. Il n’a décidément rien comprit. Quelle langue parle-t-il à la fin ? Avec un nom pareil, il ne serait pas surprit d’une origine bâtarde mêlant plusieurs sangs. Quelle horreur ! Et voilà qu’il recommence. Ce sorcier a réellement un problème. Pour être si agaçant, il n’a dû certainement jamais connaître l’amour. Ou bien, des relations très rapides sans attaches. Un peu comme lui. Tirer son coup. Aucune fille ne voudrait de cet Amvrossi de malheur. C’est peut-être pour cela qu’il s’obstine tant à lui faire du rentre dedans. Quel abruti. Croire avoir ses chances avec Théo. Non vraiment ?

    « Arrête de rêver en couleur imbécile. Tu n’amuses que toi ! Excites-toi sur autre chose. »

    Il garda toujours sa main sur sa baguette. Théodore lui tourne le dos. Il mijote quelque chose. Il fut beaucoup trop pour agir. Un jet de lumière très puissant s’échappa de la baguette du sorcier. Comme s’il s’entait le coup venir, Théo se protégea les yeux avec le revers de sa manche. Malgré la protection, le jet de lumière transperçait le tissu. Quel sorcier faut-il être pour obtenir un jet si scintillant ? C’est bluffant ! Soudain, comme une pièce qui tombe au sol, un moment de génie, une éclair. Une illumination ! C’est le cas de le dire. Théo avait comprit. Il venait d’utiliser une arme, son arme. La raison du pourquoi de sa présence. Voilà pourquoi il essaie de le mettre en rogne, pourquoi il espère le voir dans une colère noire : cet homme est brillant. Il manie sortilège et puissance. Un véritable danger.

    « IDIOT ! »

    Quelques secondes s’écoulèrent. La lumière s’éteignit, enfin. Théo avait joué la fine oreille. Il avait entendu son déplacement. Alors donc, la clé est de se déplacer. Mais comment ? En combien de fois ? Il a juste pu entendre les aller et vient du sorcier. Il les retient distinctement. Au calme, il les repassera en boucle. Il faut qu’il trouve. Cette pièce a beaucoup d’intérêt pour lui.

    « Oh bravo MON-sieur. Et maintenant ? Il va faire quoi avec sa découverte ? Hein ? »

    Théo était resté en retrait. Il se calmait, peu à peu. Il avait encore ce goût amer dans la bouche. Son compagnon de marque venait de trahir son regard en l’aveuglant de la sorte. Mais il n’en ferait rien. Si Théo aurait détenu ce secret, il aurait certainement fait pareil ou du moins, aurait imité une situation différente. Un secret est un secret. Ce genre de message crypté au sein du cerveau ne doit être partagé à aucun prix. On n’achète pas le prix de la survie. Ça n’a pas de valeur. Théodore l’appela. Pff, mais bien sûr. Il jubile tout seul, le pauvre. Il resta là, sur ses pas alors que le sorcier franchissait l’intérieur de la salle secrète. Théo, brûlé de curiosité finit par rendre les armes, pour l’instant ! Il fit quelques pas et s’introduit par la porte. La pièce était en fait une chambre.

    « Une chambre ? »

    Il se tourna, presque choqué, attendant une réponse :

    « C’est encore une manière détournée de me proposer quelque chose ? »

    Il afficha une mine ébahit, inquiète, en pleine réflexion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Théodore E. Amvrossi
Mangemort
Mangemort



Papiers s'vouplait !
Pense (ou pas) bête:

MessageSujet: Re: La réalité inaccessible [Théo &&' Théodore] Dim 11 Sep - 12:54






    Une chambre. Une armoire. Une chaise. Rien de plus. Voilà ce que présentait la Salle-sur-Demande. Des souvenirs de Théodore, dont seul lui connaissait la vérité, la doublure, les secrets éternels soient-ils. La même odeur. Un lieu parfait. Semblable au réel. On s'y croirait. On pourrait recommencer, recommencer les atrocités qui se tramaient sous ses carreaux, entre ses quatre murs.

    Peu à peu, les souvenirs remontaient, et donnaient la nausée au mangemort. Il sentait cette présence qu'il connaissant tant revenir à la vie. Réincarner la vengeance de sa progéniture. Ses fleurs fanées dans son cœur, qui ne revivrait plus jamais.

    La voix de Lewis raisonna longuement dans la tête de Théodore. Il entendait en boucle ce qu'il lui disait. Lui proposer quelque chose. Quelque chose. Séléna. Nathan. Voilà que tout revenait à la surface, violemment, dévorant Théodore à vue d'œil. Ses yeux s'écarquillèrent, sa main exerça une énorme pression sur sa baguette magique, sa veine qui passait sur sa tempe sur durcie radicalement. La colère. L'envie. La vengeance. Tout revenait à la vie. Et beaucoup trop rapidement. Il n'était plus maître de son propre corps. Séléna était revenu. La schizophrénie du mangemort revenait. Et cette fois là, elle serait terrible.

      Théodore - « Une simple chambre? En effet. Une chambre rattachée à une grande histoire. Une passion. Des désirs. Des ébats. Un enfant. »


    Théodore se tourna enfin vers Lewis. Ses yeux le fixait étrangement.

      Théodore - « Une simple chambre? En effet. Une chambre rattachée à une grande histoire. Une passion. Des désirs. Des ébats. Un enfant. Oui. J'ai eu un enfant. Une femme. Il était conçu dans ce même lit. Puis... Lewis, Sorcière Hebdo, pas vraiment. J'ai tué ma femme. Avec beaucoup de plaisir. En explosant chacun de ses membres. D'abord les bras, puis les pieds. Elle hurlait. Je les fais taire, en finissant par la tête. Je ne tue pas en nombre, mais en efficacité. Tu apprendras une chose Lewis, ce ne sont pas les plus célèbres qui sont les meilleurs. »


    Théodore se retourna vers le lit et pointa sa baguette. Le drap commençait lentement à prendre feu, qui enflamma le rideau, l'armoire. Rapidement, la chambre prenait feu, et Théodore ne bougeait pas. Il regardait les objets, les souvenirs, se consumer dans les flammes. Puis, d'un coup de baguette extrêmement rapide, surement le plus rapide qu'il n'ai jamais produit, envoya la chaise qui venait de s'enflammer sur le visage de Lewis.

    Théodore laissa échapper un sourire. Il ne se contrôlait plus. Lewis allait riposter. Et il se laisserait faire. Il n'avait pas envie de combattre, simplement de périr seul dans les flammes, périr comme son enfant, comme sa femme. Les retrouver. Périr dans la Salle-sur-Demande, dans cette chambre qui était anciennement la sienne, périr. Périr tout court. Crever. Mourir. Descendre au plus bas des enfers.

    Bientôt, les flammes enflammèrent la tapis où se trouvait Théodore. Sa cape allait prendre feu. Et il restait là, à admirer le spectacle, les yeux rouges, dévoré par la haine.

      « Je ne suis qu'un mirage, un écho venu de loin, dont tu te rendras compte que tu dois en finir à l'instant présent. »

    La phrase se répétait en tête dans sa tête. Celle de sa femme. L'écho de la mort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La réalité inaccessible [Théo &&' Théodore]

Revenir en haut Aller en bas

La réalité inaccessible [Théo &&' Théodore]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HarryPotter-Hogwart2 :: Poudlard :: 4° Etage :: Salle-Sur-Demande-